mardi 21 décembre 2010

UNE JOYEUSE NOUVELLE en cette fin d'année !

VINCENT GOETHALS, avec lequel j'ai la chance de collaborer ces dernières années, prendra prochainement la direction du THEATRE du PEUPLE de BUSSANG (ici...). Je me réjouis donc de découvrir bientôt ce lieu magique de toute beauté et d'y proposer des ateliers ainsi que de nouvelles créations.

dimanche 19 décembre 2010

"Chacun a un fou dans sa manche." 
proverbe italien

Meilleurs voeux pour l'année nouvelle !

dimanche 12 décembre 2010


Du sang dans le jardin de Lewis Caroll

Quand Nico noie son regard dans le bleu du ciel
Le lièvre de Mars fait une partie de thé
De Lewis C’est l’Alice au pays des merveilles
De Caroll Le bestiaire dessiné de Disney
Qui défile en riant sur l’azur de l’écran
J’suis en r’tard J’suis en r’tard Marmonn’ le lapin blanc

C’est Nico qui rêve Une balle dum-dum
Logée dans la culasse de son fusil d’assaut
Il fredonne un air de Tweedledee Tweedeldum
En caressant des doigts le ventre du Dodo
Tandis que le Roi appelle le témoin suivant
J’suis en r’tard J’suis en r’tard braille le lapin blanc

Refrain :
Mais détonnent les cris de la Reine
Qu’on lui coupe la tête
Qu’on lui coupe la tête
S’écroulent les cartes qui troublent la fête
Fleurissent rouges Des roses sur les poitrines

Il y a du sang dans le jardin d’Lewis Caroll
Le loir Pour toujours Dans les bras du chapelier
Allongé aux côtés d’Alice sur le sol
Et Nico En larmes Derrière les fleurs fanées
Que dites-vous de cette affaire Dit le Roi
J’suis en retard J’suis en r’tard Pleure le lapin blanc

Au pays de Nico Les enfants sont soldats
Mais que savez-vous de cette affaire dit le roi
Et bien Rien Dit le lièvre Rien de tout cela
Et le sang coule Et le sang reste sur leurs doigts
Car la rose des vents a perdu la boussole
Il y a du sang dans le jardin d’Lewis Caroll

S.C. 2009

jeudi 18 novembre 2010

AU BOIS DORMANT


1.
Matin blotti tout contre le corps de la nuit
Epèle Tremblant Ses velours du bout des doigts
Garder Dit-il Te garder Seulement cette fois
Ne peux-tu t’évader un jour du temps qui fuit

Elle gémit S’accroche aux bras qui l’enlacent
Découvre les lèvres qui cherchent les siennes
Rester Dit la nuit qui se penche et l’embrasse
J’ai peur que de ceci jamais le temps ne vienne

Et l’amoureuse telle une vague dans les soies 
Roule dans un soupir vers la rive du lit
Et l’amoureux n’y peut rien À peine embrassée

La belle se retire Il en pleure parfois
Larmes de matin sur le monde Petite pluie
Il garde sur les lèvres le gôut de l’embrassée

2.
La nuit revient plus tard Après le crépuscule
Dans les ruines du jour Elle cherche le matin
Cet insaisissable amant qui toujours recule
Ou est-ce elle qui s’enfuit lorsqu’il lui tend la main

Le doute la ronge Sans jamais de répit
Qui de lui ou d’elle Qui lui dira qui des deux
Mais qui laisse la place Qui s’efface du lit
Si c’est elle qui s’en va Beau matin lui en veut

Voilà ce qu’elle présume Mais lui fièvreux l’attend
Couché dans ses draps sous le fil de l’horizon
Point de colère mais une prière qui l’appelle

Se frôlent S’effleurent Mais se perdent les amants
Il court Il la recherche Plein de confusion
À coups de pelle On le voit même fouiller le ciel

3.
On peut le voir parfois Etrange promeneur
Fouler les campagnes Un prénom sur les lèvres
Soliloquer en haut des remparts d’Elseneur
Matin fol Portant un mal que rien ne sèvre

On peut la voir aussi Morne voyageuse
Glisser ici et là Le regard éperdu
Guettant fièvreuse l’heure miraculeuse
Qui lui fera retrouver son amant perdu

Triste roi Triste reine Dans les plis du temps
Reclus par la lumière Captive des ombres
Les rires du soleil vous donnent le fouet

Et les dents des étoiles vous mordent jusqu’au sang
Cette bouffonnerie des dieux est bien sombre
Jour Nuit Dormez Piquez-vous le doigt au rouet

4.
Et voilà les amants au cœur du bois dormant
Réunis par le sommeil dans le même lit
Qu’il est bon de les voir Apaisés Si charmants
Qui respirent ensemble L’un à l’autre promis

Comment va tourner le monde sans nuit Sans jour
Je me le demande Oui Je me le demande

Chût Retirons-nous sur la pointe des pieds
Prenons des vacances
De longues vacances
Cent ans c’est long
Cent ans C’est bien Non
S.C. 2009

samedi 13 novembre 2010






Alouette
Le jour trébuche Maladroit
Les pieds dans le tapis Maladroit
Les pieds dans le tapis du crépuscule Et patatras
Patatras non Mais non Pas lui
Il prend son temps Lui Son temps Comme il le prend
Quel luxe de choir ainsi Au ralenti Choir
Un plané Un lent vol plané Plané
Le goutte-à-goutte des minutes
Plic Dans l’infini du temps Ploc L’infini Plic Du temps Ploc
Et la chute interminable du jour
Dans les velours de la nuit
J'ai froid
Un lent déclin Trop J’ai froid
Ce qu’elle dure Cette chute
Elle n'est pas secouée de douleur Non
Elle n’est pas saturée de vacarme Elle
Pas d’épilogue au cours des choses
Le jour s’évanouit en douceur
Il prodigue son éloge de la lenteur
Tout est calme et pourtant
Le fond de l’air effraie


"Les chiens qui hurlent à la lune ont dans la gueule le goût amer de la fin du monde" (début)

jeudi 11 novembre 2010

...
Ulysse
À force de semer mes pas dans la poussière
De courir pour rattraper l’horizon
Je m’égare dans le décompte des jours
Je perds le fil
Et les matins ne portent plus de noms
Mais je marche
Je tourne le dos au soleil
J’avance tout le jour me jouant du désert
Je m’endors dans les plis d’une dune
Me relève le matin
Et repars vers la mer
Un soir J’aperçois la clôture
Dans le crépuscule Au soleil couchant
Ainsi À la frontière Se dresse un mur de barbelés
Barricade Rempart Fermeture
Des soldats pointent leurs armes
Derrière eux Ma vie future
Et ici Mon passé
...
Extrait de "Bug" 2010

mercredi 13 octobre 2010

        A Geneviève Damas le Prix du Parlement de la Communauté française


C'est Geneviève Damas 
qui a reçu le Prix littéraire 2010 du Parlement de de la Communauté française 
de Belgique pour sa pièce STIBAu cours d'une très sympathique cérémonie, 
elle a été fêtée comme il se doit, mais les autres finalistes ont également eu droit 
à des égards dignes de l'intérêt que le jury a manifesté pour leur pièce.

Sur notre photo, de G à D, Jean-François Viot, Eve Calingaert, Geneviève Damas et 
Vincent Zabus ; Stanislas Cotton (qui vit à Rome) n'ayant pas pu faire le déplacement.

jeudi 30 septembre 2010

Le PRIX LITTERAIRE 2010 DU PARLEMENT DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE 
(consacré cette année au théâtre) sera décerné le lundi 11 octobre à midi.

Voici les cinq  finalistes :
- Eve Calingaert : N’écoutez pas les grenouilles
- Jean-François Viot : Sur la route de Montalcino
- Stanislas Cotton : La Dictée
- Genevieve Damas : Stib 
- Vincent Zabus : Les Ombres

vendredi 17 septembre 2010

L’air du temps Quelle poisse

Trimballe de ces odeurs

Des relents écoeurants

Qui donnent la nausée

Déjà Le cours des choses

N’était Pas exactement à l’estime de l’autre

À l’achat Sans doute Pas au respect

L’argent n’a jamais rien ennobli

Au temps du chacun pour soi

Voilà que se remet au goût du jour

La sélection Le triage

La déportation

Le pied au cul Salauds de pauvres

Dehors Dégage Tu pues

Les pauvres des pauvres Les Romanichels

Boucs émissaires de gouvernants malades

égocentriques Shootés au pouvoir

Qui ne répondent plus que par oui ou par non

Par bon ou méchant Par blanc ou noir

Gouvernants qui ont sacrifié sur l’autel de leur ambition

Les territoires immenses de la pensée

Situés Précisément Entre ce oui et ce non

Les Romanichels Dont le temps et l’érosion ont fait des Roms

N’en restera bientôt rien Ro R Pfuit Disparus

Deux grands pays Dont La patrie des droits de l’homme

Ont choisi de s’en débarrasser

Oust Fiche le camp de notre arrière-cour

On veut du propre Du poli Du policé

Du pas trop allogène Pas trop métissé

Voilà que s’installe le mépris pour la justice

Pour les institutions Pour le droit

Le droit qui fonde nos sociétés humaines

Le mépris pour la liberté de pensées

La liberté d’être

La liberté

Il va être joli l’humain qui restera

Amputé d’une part de lui-même

Mais il ne veut pas le savoir

Non surtout pas

Qu’il regarde dans la même direction que ceux qui le gouvernent

Qu’il approuve

Après tout Il a voté pour eux

Qu’il s’agenouille devant sa nation

Après tout Qu’il est bien chez lui

Il est tranquille maintenant Il est content

Il est propre et poli

Il ne répond pas

Il ne critique plus

Il ferme sa gueule

Ne me demandez pas si j’en pleure

S.C. 17 septembre 2010

jeudi 2 septembre 2010



"Le ventre de la baleine"

avec Valérie Dablemont,
et Spike aux instruments
Mise en scène Vincent Goethals





(crédit : Spike)
du 17 au 24 septembre
au Théâtre Les Bambous
à Saint-Benoît
La Réunion
+262503863

vendredi 11 juin 2010

Le mercredi 7 juillet à 16h30
Inauguration de L'ESPACE 40 au n°40 de la rue Thiers en Avignon
Rencontre-lecture avec Stanislas Cotton
animée par Emile Lansman
(Conversation et lecture d'extraits de mes derniers textes)
"LA MANUFACTURE a confié à Prothédis, l'animation et la gestion de l'ESPACE40, rue Thiers / Lecture(s) et Librairie. Il sera ouvert du 8 au 14 juillet de 11 à 16h et du 15 au 26 juillet de 11 à 18h. Il proposera de nombreux textes de théâtre publiés pas des éditeurs belges spécialisés ou en lien avec la programmation de la Manufacture, des Doms et, pour les auteurs belges, de tous les autres lieux de programmation. On y trouvera également des revues spécialisées, un coin "théâtre et poésie", etc.
Il comprendra un point de vente et une salle de lecture (à partir du 15) animé par Aurélie Bureau, collaboratrice de l'association belge Prothédis (Promotion Théâtre Distribution), qui guidera les visiteurs dans leur découverte des auteurs belges et tentera de répondre à leurs recherches individuelles.
Des rencontres-lectures permettront également d'entendre des extraits de textes lus par leur auteur. Il sera également possible d'entendre individuellement l'enregistrement d'extraits de pièces lues par leurs auteurs dans le cadre d'une collaboration avec la SACD.
Le projet est soutenu par le Centre Wallonie-Bruxelles à Paris et le CED-WB."

Emile Lansman

jeudi 10 juin 2010




La Strada Cie a le plaisir de vous inviter à l’une des représentations de "Bureau national des Allogènes", du 8 au 27 juillet 2010 à 17 h à la Caserne des Pompiers, 116 rue de la Carreterie - 84000 Avignon.
Ce spectacle a été sélectionné par la Région Champagne-Ardenne pour la représenter au Festival d'Avignon.

Rigobert Rigodon reçoit à longueur de journée, derrière son bureau, les naufragés, les demandeurs d'asile, les "venus des bouts du monde" que le vent lui porte avec son lot de misères, de guerres, de famines.
Tenu de respecter les quotas, la plupart du temps il tamponne et "retourne à l'envoyeur".
Mais, à force, la cervelle tricotant sa folie, il finit par être tiraillé entre les circulaires européennes et sa sensibilité d'être humain, entre devoir et compassion.
Tout a commencé le jour où Barthélémy Bongo, homme dépossédé de tout, est venu lui demander si, "en tant qu'être humain", il pouvait rester ici...

Avec "Bureau national des Allogènes", le théâtre place une fois de plus le spectateur au coeur d'un des débats les plus "grinçants" de l'actualité politique et sociale de notre temps.
Cependant, le texte de Stanislas Cotton, loin de proférer des messages politiques, nous laisse entendre une langue vive, ludique, musicale, subtile et incisive aussi, soulignant de toutes les manières, le parti pris très clair de l'auteur de vouloir tenir fermement le réel à distance.
Il en résulte un théâtre où le sensible flirte avec le grotesque pour notre plus grande jubilation.



La Strada Cie
Direction artistique : Catherine Toussaint, François Cancelli
1 bis avenue de Lattre de Tassigny
10000 Troyes
03 25 83 28 22
la-strada2@wanadoo.fr
http://www.lastrada-cie.com/

Avec : Joël Lokossou, Denis Jarosinski, François Cancelli
Mise en scène : Catherine Toussaint
Scénographie : William Noblet
Costumes : Hanna Sjödin
Musique : Denis Jarosinski
Lumières : Daniel Linard


Au plaisir de vous rencontrer très prochainement…

mardi 27 avril 2010

AVIGNON 2010

La Compagnie LA STRADA présentera sa mise en scène de

BUREAU NATIONAL DES ALLOGENES

à la Caserne des pompiers, 116 rue de la Carreterie
du 8 au 27 juillet 2010

mercredi 24 mars 2010

LA STRADA

Un extrait de "Bureau national des allogènes" dans la mise en scène de Catherine Toussaint pour la Compagnie La Strada, avec Joël Lokossou, Denis Jarosinski et François Cancelli. Ici...

mercredi 17 février 2010

FOIRE DU LIVRE de Bruxelles


DUO : Olivier Coyette - Stanislas Cotton
animé par Emile Lansman
le vendredi 5 mars à 16h à 17h- stand SACD (334)

Je serai sur la stand (333) des EDITIONS LANSMAN
le vendredi 5 mars de 17h à 18h